Master 2018 2019
Stages de la spécialité SAR
Etude biomécanique de la performance musicale dans le cas de la harpe


Lieu : Équipe Lutheries-Acoustique-Musique de l’Institut Jean le Rond d’Alembert. Sorbonne Université – Campus Pierre et Marie Curie. 4 place Jussieu, 75005 PARIS.
Encadrant : Jean-Loïc Le Carrou : Maître de Conférences HDR UPMC (jean-loic.le_carrou@sorbonne-universite.fr) Delphine Chadefaux : Maître de Conférences Université Paris 13 (delphine.chadefaux@univ-paris13.fr)
Dates :15/02/18 au 15/07/18
Rémunération :environ 500€
Mots-clés : Parcours ATIAM : Acoustique, Parcours ATIAM : Informatique musicale, Parcours ATIAM : Traitement du signal

Description

Au cours de la phase d’apprentissage de leur instrument, les musiciens développent une expertise gestuelle importante leur permettant à la fois d’atteindre la production sonore désirée, et de transmettre une intention musicale à l’audience. La pratique musicale nécessite ainsi une dextérité fine, des mouvements répétitifs, rapides, précis, et des efforts importants pour mettre en vibration l’instrument tout en adoptant des postures souvent peu naturelles pour le corps humain. La spécificité de cette performance motrice requiert une attention particulière afin de répondre aux enjeux tant de production musicale que d’intégrité physique des instrumentistes.

Lors d’études précédentes, le pincement d’une corde de harpe a été analysé [1] et modélisé [2] à partir de films obtenus à l’aide d’une caméra rapide. Il est apparu que la trajectoire du couple doigt/corde pendant le pincement est propre au musicien, mais aussi à la technique de jeu employée. De même, les conditions initiales apportées à une corde de harpe (déplacement, vitesse, polarisation et rotation), définissant ainsi le son produit, et la force de pincement varient de manière significative entre musiciens et techniques de jeu. Enfin, il est à noter que cette force nécessaire à la mise en vibration d’une corde par le doigt a été estimée jusqu’à 20 N. En conséquence, l’étude du geste musical ne peut se réduire à la seule étude de l’interaction entre le doigt et la corde, et l’organisation cinématique et musculaire des musiciens doit être abordée. Dans ce cadre, une étude préliminaire a souligné l’existence de stratégies différentes entre harpistes dans la répartition du travail musculaire dans le membre supérieur [3].

Nous souhaitons désormais étendre ces travaux à la pratique de l’instrument dans des contextes musicaux variés afin de rendre compte des enjeux de fatigue musculaire dans la performance musicale. Pour cela deux approches complémentaires seront mises en place. (1) Une analyse de la cinématique articulaire et de la posture de plusieurs harpistes sera entreprise à partir d’une base de données déjà établie. Une caractérisation de l’éventail des stratégies cinématiques des instrumentistes sera effectuée en relation avec les techniques de jeu les plus répandues. (2) L’activité musculaire développée lors de la performance musicale sera étudiée pour plusieurs techniques de jeu caractéristiques. L’interprétation des résultats en collaboration avec des harpistes professionnels permettra de proposer des recommandations aux instrumentistes afin de limiter les risques de fatigue musculaire dans la pratique de la harpe.

Bibliographie

[1] D. Chadefaux, J-L. Le Carrou, B. Fabre et L. Daudet. Experimentally based description of harp plucking. Journal of the Acoustical Society of America, 131(1), pp. 844-855 (2012).

[2] D. Chadefaux, J-L. Le Carrou et B. Fabre. A model of harp plucking. Journal of the Acoustical Society of America, 133(4), pp. 2444-2455 (2013).

[3] D. Chadefaux, J-L. Le Carrou, B. Fabre, M. Wanderley et L. Daudet. Gestural strategies in the harp performance. Acta Acustica united with Acustica, 99, pp. 986-996 (2013).