Master 2015 2016
Stages de la spécialité SAR
Ecouter les vibrations de la Terre


Site : Ecouter les vibrations de la Terre
Lieu : LAM - ∂'Alembert
Encadrant : L Boschi, JL Le Carrou, C Fritz et H Genevois
Dates :08/02/2016 au 08/07/2016
Rémunération :oui
Mots-clés : Parcours ATIAM : Acoustique, Parcours ATIAM : Informatique musicale, Parcours ATIAM : Traitement du signal

Description

Le progrès technologique au cours de ces dernières décennies a fourni aux sismologues une quantité sans précédent de nouvelles données sismiques de haute qualité. Les chercheurs ont développé des algorithmes automatisés qui traitent de grands ensembles de données, pour déterminer des paramètres géophysiques qui sont étudiés depuis longtemps : l’épicentre d’un tremblement de terre, la géométrie de la faille correspondante, ainsi que les propriétés élastiques des roches. Toutefois, la taille des bases de données sismiques modernes est telle que leur visualisation directe par un analyste humain est devenue problématique. La transformation des données sismiques en son audible est une façon nouvelle et révolutionnaire d’explorer rapidement et efficacement de grands ensembles de données. En effet, la capacité du système auditif humain à reconnaître les "patterns" dans le temps est bien connue. Cependant son potentiel dans le contexte spécifique de l’analyse des données sismiques reste encore à approfondir. Ainsi, l’objectif du stage sera de mettre en place et d’analyser les résultats d’une expérience perceptive basée sur des enregistrements de séismes. A partir du travail préliminaire de notre équipe [1], l’étudiant devra mettre en place une expérience perceptive visant à déterminer à quels paramètres géophysiques est surtout sensible le système auditif humain. Pour cela, l’étudiant explorera plusieurs modalités d’écoute (monophonique, polyphonique, spatialisée, ...) d’oscillations sismiques sonifiées, et plusieurs méthodologies de tests perceptifs de psycho-acoustique. Les données, quant à elles, comprendront des (i) grands événements sismiques de natures différentes (profondeur, géométrie de faille, contexte géologique, etc.), et (ii) du signal de fond continu, enregistré à des emplacements différents sur la surface de la Terre. La performance de l’analyse auditive sera comparée quantitativement avec celle de l’analyse visuelle traditionnelle. Initialement, les sujets ne seront pas entrainés, mais, si le temps le permet, la possibilité de former un auditeur pour effectuer certaines tâches sera étudiée.

Bibliographie

[1] A. Paté, L. Boschi, J-L Le Carrou et B. Holtzman, « Categorization of seismic sources by auditory display : a blind test », International Journal of Human-Computer Studies, 85, pp. 57-67, 2016