Master 2014 2015
Stages de la spécialité SAR
Reconnaître une « couleur sonore » – Etude expérimentale de catégories perceptives et application au design d’un univers sonore identitaire.


Site :Ircam Perception et Design Sonores
Lieu :SNCF – Innovation & Recherche, Equipe CTV, 40 avenue des Terroirs de France, 75012 Paris IRCAM, Equipe PDS, 1 place Stravinsky 75004 Paris (répartition des horaires à préciser)
Encadrant : Patrick Susini – IRCAM / Perception et Design Sonores : patrick.susini@ircam.fr Françoise Dubois – SNCF / Innovation & Recherche : francoise.dubois@sncf.fr Nicolas Misdariis – IRCAM / Perception et Design Sonores : nicolas.misdariis@ircam.fr Maxime Carron – IRCAM / Perception et Design Sonores : maxime.carron@ircam.fr
Dates :15/02/2015 au 15/08/2015 (à préciser)
Rémunération :900 euros bruts & carte de circulation SNCF
Mots-clés : Parcours ATIAM : Acoustique, Parcours ATIAM : Informatique musicale, Parcours ATIAM : Traitement du signal

Description

CONTEXTE SCIENTIFIQUE

Au-delà de paramètres simples comme le volume ou la hauteur, des attributs plus complexes sont impliqués dans la manière dont nous percevons les sons. Pourtant, il est très difficile de s’entendre autour de notions claires lorsque nous parlons des sons, bien que notre langage ne manque pas de mots que nous pouvons utiliser pour exprimer notre perception auditive (un son « chaud », « agressif », un son « épais » ou « brillant »). De nombreuses études psychoacoustiques se sont intéressées à la caractérisation sémantique des sons : jugement sur des échelles différentielles (Solomon, 1958), verbalisations libres (Faure, 2000, Özcan, 2005). La terminologie employée en musique électroacoustique (Schaeffer, 1966 ; Smalley, 1996) s’appuie également sur une sémantique adaptée à la description de la « matière sonore ». Cependant, il n’y a aucun consensus établi sur la définition exacte de ces descripteurs et de ce qu’ils signifient en termes d’attributs du son. Cette absence de vocabulaire commun a été identifiée comme étant la source de nombreux problèmes de communication dans les domaines du design sonore et du design musical (Hug et al. 2011, Carron et al. 2014). Cette problématique constitue l’un des axes de recherche de la thèse de Maxime Carron sur l’identité sonore effectuée actuellement à l’Ircam dans l’équipe Perception et design sonore en partenariat avec la SNCF. Un lexique sonore (analogue à un dictionnaire) a été élaboré et illustré à partir d’une synthèse de la littérature scientifique et de l’expérience quotidienne d’un grand nombre de professionnels du son. Des premiers résultats indiquent que des individus sans expertise sonore sont capables d’apprendre et d’utiliser ce lexique pour comparer des sons.

OBJECTIF

Ce stage, proposé par la SNCF et l’Ircam, s’inscrit dans la continuité des travaux mentionnés ci-dessus. Le lexique sonore établi par Maxime Carron va tout d’abord permettre de taguer une base variée de sons. L’objectif du stage consistera à étudier, à partir de cette base ainsi indexée, s’il est possible d’associer une « couleur sonore » commune à différents types de sons (sons mécaniques, sons de machines, sons électroniques, etc) ; on parlera aussi de portrait sonore. Il s’agira donc de mener un ensemble d’expériences perceptives et d’analyser dans quelle mesure l’utilisation des mots du lexique permet de définir un portrait associé à une classe de sons jugés similaires en termes d’attributs sonores mais différents en termes de types de sources sonores. Chaque mot définissant un attribut du son, est-il nécessaire d’un, de deux, ou de plus de mots pour définir le portrait d’une classe de sons ?

La question posée ici soulève différentes questions fondamentales en perception. Des études récentes (Lemaitre et al., 2010) ont montré que des auditeurs non experts dans le domaine du son adopteront une stratégie de classement des sons fondée principalement sur le type de sources sonores ou d’actions entendus, et non sur les attributs du son. Dans le cadre de ce stage, nous évaluerons de manière expérimentale dans quelle mesure cette stratégie persiste lorsque les sons étudiés sont définis par des portraits communs à partir du lexique établi. Nous pourrons comparer différents groupes d’auditeurs ; des sujets experts, des sujets non experts, et des sujets non experts mais formés à partir du lexique.

DEROULEMENT ENVISAGE

La première partie du stage consistera à construire, à partir d’une banque de sons indexée avec le lexique défini, un protocole expérimental permettant d’étudier la classification perceptive de certaines « couleurs sonores ». Les résultats de cette expérience devraient pouvoir, d’une part, mettre en évidence la reconnaissance d’un même portrait de mots du lexique dans divers sons et d’autre part, de relier ces descripteurs aux paramètres acoustiques du signal sonore. Plusieurs facteurs devront être pris en compte ; le nombre de mots du lexique nécessaire pour définir une « couleur sonore », et l’expertise des auditeurs. Dans une deuxième partie, la possibilité de donner une identité sonore particulière à une ambiance par le design de marqueurs sonores (Schafer, 1977) sera étudiée expérimentalement. Il s’agira d’utiliser les résultats de la première partie pour étendre l’étude des « couleurs sonores » à leur impact sur l’identité d’une ambiance sonore. En particulier, des expériences de catégorisation d’ambiances sonores (cf. Tardieu, 2006) seront menées avec et sans ajout de sources possédant la même « couleur sonore ». Cette étude devrait pouvoir permettre d’établir des perspectives quant au design de marqueurs sonores identitaires de la marque SNCF.

COMPETENCE REQUISES

Psychoacoustique, programmation (MATLAB), enregistrement audio, traitement du signal, statistiques, autonomie, anglais. Un goût pour la recherche expérimentale sera un atout majeur.

Bibliographie

Carron, M., Dubois, F., Misdariis, N., Talotte, C. and Susini, P. 2014. Designing sound identity : Providing new communication tools for building brands « corporate sound ». In Proceedings of Audio Mostly conference 2014, ACM. 

Faure, A. 2000. Des sons aux mots, comment parle-t-on du timbre musical ? (From sounds to words, how do we talk about musical timbre ?). Doctoral dissertation, EHESS, Paris.

Hug, D. and Misdariis, N. 2011. Toward a conceptual framework to integrate designerly and scientific sound design methods. Proceedings of the 6th Audio Mostly Conference. Coimbra, Portugal. ACM, 23-30.

Özcan, E., and van Egmond, R. 2005. Characterizing descriptions of product sounds. In Proceedings of the 11th International Conference on Auditory Display (ICAD) 55-60.

Schaeffer, P. 1966. Traité des objets musicaux. Paris : Editions du Seuil.

Schafer, R. M. 1977. The tuning of the world. University of Pennsylvania Press

Smalley, D. 1997. Spectromorphology : explaining sound-shapes. Organised sound 2(2) : 107-126.

Tardieu, J., Susini, P., Poisson, F., Lazareff, P., McAdams, S. 2008. Perceptual study of soundscapes in train stations. Applied Acoustics 69, 1224–1239

Von Bismarck, G. Timbre of Steady Sounds : A Factorial Investigation of Its Verbal Attributes.” Acta Acustica United with Acustica 30(3) : 146–159.