Master 2013 2014
Stages de la spécialité SAR
Comment les lèvres du flûtiste modifient-elles l’acoustique de la flûte ?


Site :Equipe Lutheries Acoustique Musique
Lieu :Equipe Lutherie-Acoustique-Musique (LAM), Institut Jean le Rond d’Alembert 11 rue de Lourmel, Paris
Encadrant : Camille Vauthrin, doctorante, équipe LAM. vauthrin@lam.jussieu.fr Benoît Fabre, professeur UPMC, équipe LAM benoit.fabre@upmc.fr
Rémunération :Gratification : 436,05 E par mois à partir de 2 mois de stages
Mots-clés : Parcours ATIAM : Acoustique, Parcours ATIAM : Traitement du signal

Description

Le son produit par les instruments de musique peut être vu comme l’image sonore de différents contrôles. Dans le cadre des instruments de type flûte : la respiration, la position des lèvres, la vitesse de jet,... peuvent être vu comme paramètres de contrôle. L’instrumentiste apparaît alors comme un expert du fonctionnement acoustique de l’instrument, capable de s’adapter aux caractéristiques de celui-ci ou au contexte musical. La modélisation acoustique de l’instrument peut être décomposée en plusieurs éléments : le jet, le biseau et le résonateur. La modélisation du résonateur est assez bien connue pour chaque élément de celui-ci (tube, trous, ..). Plusieurs études ont également été portées sur le biseau, sa forme, sur l’influence de celle-ci sur le jet. Un élément peu pris en compte dans la modélisation acoustique 1D des instruments est la position des lèvres du musicien. En effet les lèvres en couvrant le trou d’embouchure, modifient le rayonnement de l’instrument. De plus, leur position varie selon le contexte, la consigne musicale. L’objectif de ce stage est de s’intéresser à ce paramètre de contrôle et de pouvoir déterminer une correction de longueur à associer à ce paramètre. Plusieurs campagnes expérimentales peuvent alors être menées, sur musicien (en filmant la position des lèvres), sur bouche artificielle (qu’il conviendra de faire évoluer) ou mesures d’impédance. On s’intéressera alors à mettre en corrélation plusieurs paramètres (pression acoustique, géométrie des lèvres...) afin de réduire un phénomène à trois dimensions en une correction pouvant être incluse dans un modèle acoustique 1D.