Master 2013 2014
Stages de la spécialité SAR
Caractérisation de la dépendance geste / tessiture du pincement d’une corde de harpe


Site :Equipe Lutheries Acoustique Musique
Lieu :Equipe Lutheries Acoustique Musique de l’Institut Jean Le Rond d’Alembert (UMR CNRS 7190). 11, rue de Lourmel, 75015 PARIS.
Encadrant : Jean-Loïc Le Carrou : MCF, Institut Jean Le Rond d’Alembert, Equipe Lutheries Acoustique Musique, jean-loic.le carrou@upmc.fr, Delphine Chadefaux : ATER, Institut des Sciences du Mouvement, équipe Performance Motrice et Modélisation, Université Aix-Marseille, delphine.chadefaux@univ-amu.fr,
Rémunération :Gratification : 436,05 E par mois à partir de 2 mois de stages
Mots-clés : Parcours ATIAM : Acoustique, Parcours ATIAM : Traitement du signal

Description

Au cours de la phase d’apprentissage de leur instrument, les musiciens développent une expertise gestuelle importante. Celle-ci leur permet d’exécuter précisément le mouvement nécessaire à la production sonore désirée. Dans le cadre des instruments à cordes pincées, objet de la présente étude, l’instrumentiste amène la corde vers un état particulier définissant ses oscillations libres futures. Ainsi, ses conditions initiales sont caractéristiques du musicien et influent sur le son rayonné. Lors d’une précédente étude, le pincement d’une corde de harpe a été étudié à partir de films obtenus à l’aide d’une caméra rapide. Il apparaît que les conditions initiales apportées à une corde de harpe (déplacement, vitesse, polarisation et rotation) varient de manière significative d’un musicien à l’autre et sont, de plus, particulièrement répétables pour un même instrumentiste. Elles dépendent également de la technique de jeu et du doigt employés. Il en est de même pour la trajectoire du doigt, véritable signature du harpiste. Cette première étude s’est focalisée sur le pincement d’une seule corde de l’instrument. Cependant, la harpe a 47 cordes de matériaux (nylon, boyau, acier) et de propriétés géométriques différentes.

L’objectif de ce stage est de caractériser le geste du harpiste en fonction de la tessiture de l’instrument, i.e. de 30 Hz à 3000 Hz environ. Pour cela, un nouveau protocole de mesures est actuellement en cours de développement à partir de capteurs optiques. Ceux-ci permettent d’évaluer le déplacement des cordes au niveau de la console de l’instrument. Après avoir appréhender ce dispositif, une phase de traitement vibratoire sera nécessaire afin de reconstruire la trajectoire de la corde en son point de pincement. Cette nouvelle approche expérimentale sera finalement validée par le biais d’une comparaison au protocole précédemment employé avec une caméra rapide. La seconde partie du stage consistera en une campagne de mesures (déplacements de corde couplés à la vibration de la table d’harmonie et à des mesures acoustiques) effectuée avec des harpistes professionnels dans le but d’étudier l’influence de la corde jouée sur le geste du musicien.